Où souhaitez-vous
partager cette page?

Mot du porte-parole

Crédit photo: Les Trouble Fêtes - Photographie événementielle
Mot du porte-parole

Réinventer. Pour réinventer quelque chose il faut d’abord, selon moi, que cette chose ait des assises solides. Il faut qu’elle soit forte et établie, qu’elle soit essentielle à nos vies ou du moins à celle d’une majorité respectable. 

Pour oser la réinventer, je crois qu’il faut que cette chose soit passée à un niveau supérieur, qu’elle soit ancrée au plus profond de nos racines et de notre culture. Il faut qu’elle soit inébranlable et ce, peu importe le vent qui vient la secouer. Ainsi, bien enracinée dans notre quotidien, cette astre peut se transformer, se métamorphoser, et même se bonifier sans se dénaturer. C’est le cas pour le Festival de la BD de Prévost qui, pour son édition 2020, sera présentée sous forme numérique.  

La bande dessinée fait partie de ces merveilles qui touchent les gens de tous âges depuis toujours. Elle nous détend, nous amuse, nous fait rire et pleurer, nous provoque, nous questionne, nous distrait, nous raconte, nous console, nous rassure, nous accompagne, nous fait voyager, parfois dans le temps, nous ramenant souvent à notre enfant, celui qui ne nous quitte jamais, en le réanimant pour un moment. Avec la BD on s’épivarde, on créé une parenthèse d’imaginaire, une bulle de rêve! Car cette dernière, sous toutes ses formes, est fabuleuse. Et quand on y plonge, on en redemande et c’est ce qui la rend essentielle, viscérale, inébranlable.

Alors que l’on présente un Festival de la BD en personne dans un gymnase d’école ou sur des plateformes virtuelles, l’important c’est la passion partagée, les découvertes, les coups de cœurs, les rencontres mémorables et les moments magiques que créé la BD! 

Vincent Léonard



Retour au haut de la pageRetour